LES SOLS ET LES CHAPES

LES SOLS ET LES CHAPES

 

Les chapes

      

Qu'est-ce qu'une chape ?    

 

 

 

 Une chape est un ouvrage fait de mortier qui recouvre les dalles ou planchers. Lisse, elle permet de donner au sol une excellente planéité et une bonne régularité de surface ainsi que de mettre le sol au niveau souhaité. Elle reçoit ensuite directement les revêtements de sol : carrelages, moquette, linoléums...

 

Les chapes en maison individuelle                              

 

La réalisation d'une chape est un préalable indispensable à la pose du revêtement de sol (carrelage, parquet, moquette, ...).

 

 

 Il existe différents types de chape, mais en construction de maison individuelle, les plus courantes sont :

  • la chape dite " rapportée " réalisée en mortier de 3 à 5 cm d'épaisseur tiré à la règle. Ce type de chape est réalisé en mortier de ciment.
  • la chape flottante, d'une épaisseur de 3,5 cm environ, qui présente la particularité d'être réalisée en mortier de ciment ou en anhydrite et d'être posée sur un isolant dont les bords sont relevés le long des murs de façon à éviter la transmission des vibrations vers les murs. Ce type de chape est à recommander lorsque l'on recherche une bonne qualité d'isolation phonique.

 

Les chapes sur plancher rayonnant électrique (PRE)                  

 

Vous avez opté pour un plancher rayonnant électrique (PRE) et vous recherchez le produit le mieux adapté pour réaliser votre chape ?

 

 

Les avantages de la chape autonivelante Agilia sols C

 

Agilia Sols C est un produit novateur de la gamme Système Sols de Lafarge Bétons. C'est une chape ciment, fluide et prête à l'emploi, préparée industriellement en centrale à béton et mise en place par pompage et par des applicateurs agréés et formés dans le respect des règles de l'art. L'autonivelance du produit offre une parfaite planéité, supprimant ainsi les travaux de remise à niveau du sol.
Agilia Sols C ne demande pas de temps de séchage supplémentaire par rapport à une chape ciment traditionnelle et autorise une mise en charge à 7 jours pour montage de cloisons légères.
Grâce à sa fluidité vous obtiendrez un enrobage parfait des tuyaux et des résistances de chauffage par le sol, et par conséquent un meilleur rendement de vos sols chauffants. Cela vous permet donc de gagner du temps sur vos délais de chantier tout en conservant un produit de qualité.

 

 

Les chapes sur plancher chauffant / rafraîchissant

Vous avez opté pour un plancher chauffant / rafraîchissant ? Vous recherchez le produit le mieux adapté pour l'enrobage des tuyaux ?

 

 

La réponse à vos exigences

 

Spécialement étudiées pour ce type de chauffage au sol, fluides et prêtes à l'emploi, les chapes autonivelantes Agilia sont préparées industriellement par mélange en centrale à béton et mises en œuvre par pompage par un réseau d'applicateurs spécialisés, agréés et formés par Lafarge Bétons.

 

Les avantages des chapes autonivelantes

 

L'accessibilité de la chape après 36 à 48 heures par les autres corps d'état, la mise en charge possible à 7 jours et une mise en chauffe plus rapide (7 jours au lieu de 21 pour une chape traditionnelle) en font un produit avantageux en termes de délais de chantier. Un meilleur rendement des sols chauffants, une perte de chaleur moindre et une meilleure régulation grâce à la faible épaisseur en font un produit économique.

 

 

La préparation du chantier

 

 

- De la qualité du terrassement dépend la pérennité de l'ouvrage.

 

Le décapage et le remblayage     

 

La préparation du chantier se compose de travaux incontournables.
Ces travaux sont nécessaires au bon déroulement du chantier et à la bonne longévité des structures qui seront construites ultérieurement. Ils doivent être traités avec sérieux, toute reprise en sous-œuvre pouvant se révéler délicate et très coûteuse.

 

 

 


                                      Le terrassement correspond à l'ensemble des travaux modifiant les formes naturelles du terrain en vue de la réalisation de la maison. Il consiste dans l'excavation nécessaire pour des parties en sous-œuvre (cave, sous-sol enterré, tranchées de canalisations) et en remblais (terrasses).

Le décapage consiste à évacuer préalablement à tous travaux de terrassement la couche superficielle (terre végétale), terrains peu ou non appropriés pour recevoir les fondations de la construction. Les excédents de terre ou de roche extraits des travaux de décapage et de terrassement seront évacués ; ils constituent les déblais.
Les déblais issus de ces travaux pourront être réceptionnés sur des sites Lafarge Granulats appropriés.

Remblayer pourra également être nécessaire pour surélever une partie du terrain, combler une déclivité, épauler un pied de mur ou, d'une manière générale, pour donner le profil définitif aux abords de la maison. Dans le cas où les remblais supporteraient une partie construite, un compactage sera probablement souhaitable.
Pour ce faire, on utilisera des remblais, matériaux minéraux bruts sans caractéristiques particulières n'ayant presque pas subi de transformation. Ces remblais seront ensuite compactés afin d'éviter des tassements ultérieurs détériorant les maçonneries et le rendu général des aménagements.

 

 

- Les gravillons drainants sont parfait pour le terrassement.
- Le drainage s'effectue sous les fondations et sur les côtés.

 

 

Le drainage   

 

Le drainage permet la collecte et l'évacuation des eaux d'infiltration et de ruissellement. Un drainage est indispensable si le chantier se trouve en milieu argileux, sur des terrains très peu perméables ou humides ou en amont de la construction si le terrain est en pente.

 

 


Le drainage peut se faire par " couche ", sous une dalle par exemple ou, d'une manière plus linéaire, sous forme de drains filants le long de murs ou de fondations par exemple.

On retrouve donc des systèmes de drainage :

  • sous les fondations
  • pour l'assainissement de caves et de soubassements inondables.

    Les volumes d'eau évacués par les drains doivent pouvoir trouver une liberté d'évacuation.

    Pour réaliser un drain, il faut utiliser un matériau non lié et dépourvu de fines (élément fins dont la dimension est inférieure à 0,063mm) afin d'éviter le phénomène dit de colmatage. On utilise un gravillon d/D. Lafarge propose également des Gravillons Drainants particulièrement adaptés à cet usage.
    La mise en œuvre est réalisée en couches épaisses : 40 à 50 cm en pied de mur. 20 cm suffisent pour assurer le bon drainage d'un ouvrage en béton.


    Attention :
  • si le drain supporte des charges ou du roulage, assurez-vous de la portance des matériaux en place,

 si le drain intègre un tuyau drainant d'évacuation, celui-ci doit être de préférence entouré de matériaux roulés afin d'éviter une coupure ou un percement de ce tuyau.

 

 

- Renseignez-vous auprès de la mairie pour en savoir plus sur le raccordement
- Prévoyez tous les réseaux (électricité aussi) !

 

Les tranchées de raccordement aux réseaux : VRD    

 

Les tranchées vont permettre un raccordement aux différents réseaux (tout-à-l'égout, électrique, téléphone, eau, gaz...) de manière invisible, sans réseaux aériens.

 

 

 

                              Généralement, elles servent à relier la future construction au réseau de distribution situé à l'extérieur de la propriété.
Il peut être astucieux de prévoir une gaine électrique pour un éventuel branchement de sonnette à l'entrée de la propriété si les conditions le permettent. D'une manière générale, mieux vaut prévoir des canalisations supplémentaires qui pourront se révéler utiles si la mairie décide d'enterrer des réseaux ultérieurement (téléphone, tout-à-l'égout...).

Les profondeurs des tranchées sont définies précisément par les organismes et autorités responsables et compétentes. Elles sont généralement supérieures à 60 cm.

Il est possible dans certaines conditions d'utiliser une même tranchée pour plusieurs raccordements (l'ordre de superposition et la profondeur sont précisés dans les DTU spécifiques). De la même façon, les couleurs des gaines et des treillis de protection sont également réglementées (jaune pour le gaz, vert pour le téléphone, bleu pour l'eau et rouge pour l'électricité).

 

 

Etapes de réalisation d'une tranchée :

  • creuser la tranchée d'une profondeur suffisante pour répondre aux normes et DTU en vigueur (attention aux risques de gel pour les canalisations d'eau en zone de montagne),
  • étaler un lit de sable d'environ 20 cm d'épaisseur sur le fond de la tranchée, afin de drainer les eaux d'infiltration et de percolation (circulation d'un fluide à travers d'une substance sous l'effet de la pression),
  • passer vos canalisations ou les fourreaux de câbles,
  • recouvrir la canalisation ou le fourreau du même matériau sur 30 cm d'épaisseur,
  • étendre un treillis plastique de repérage, dont la couleur est réglementée, qui permettra, en cas de réouverture, d'avertir de la présence de telle ou telle canalisation et ainsi d'éviter son percement,
  • finir de boucher la tranchée avec une grave compactable,

     fermer la tranchée avec les matériaux spécifiques à l'usage du sol sur environ 20 cm (terre végétale si pelouse, béton ou autre matériau lié si circulation...).

Les déblais issus de l'excavation de ces tranchées sont acceptés sur certains sites Lafarge Granulats.

 

L'assainissement individuel

 

       

  - Eaux ménagères = cuisine et salle de bains.
      

       - Eaux vannes = toilettes.                                                   

 

 

L'assainissement, de quoi s'agit-il ?

 

Toutes les eaux usées doivent être traitées avant de retourner dans le milieu naturel. En fonction de la situation de votre habitation, vous bénéficiez ou non du système communal d'assainissement. Si, pour cause d'habitat dispersé, votre logement ne peut être raccordé au réseau collectif, à vous de faire installer un système individuel.

 

L'assainissement est le traitement des eaux usées qui comprennent aussi bien les eaux ménagères (provenant des cuisines et salles de bains) que des eaux vannes qui proviennent des toilettes.

 

En principe, la commune se charge du traitement des eaux usées. Il vous suffit alors de vous raccorder au réseau collectif d'assainissement en respectant les normes et la réglementation (votre entrepreneur ou votre Constructeur de maison individuelle sont parfaitement au courant de la marche à suivre, sinon adressez-vous à la mairie pour en savoir plus).

 

En habitat dispersé, difficile pour les communes d'étendre le système d'assainissement collectif. Aussi un dispositif légal a-t-il été mis en place pour instaurer un système d'assainissement non collectif.

 

 En clair, si le terrain sur lequel se trouve votre habitation n'est pas relié au réseau collectif, c'est à vous de faire installer un système d'assainissement aux normes. Et d'en assumer le financement.

 

 

             

 

   - Partenaire indispensable : un bureau d'études.
- L'entrepreneur établit le devis à partir des recommandations du bureau d'études.
- Vous devez obtenir un certificat de conformité de la mairie avant obturation des tranchées.

 

 

Les démarches pour faire installer un système individuel d'assainissement

    

    

Au même titre que vous devez faire établir des devis pour la construction de votre maison, vous devez savoir combien vous coûtera votre système d'assainissement autonome. Cela vous avancera dans vos démarches administratives.

    

    

 

Un système d'assainissement individuel combien ça coûte ? Tout dépend de la nature du sol, des distances, de la configuration de l'habitat... Seul un bureau d'études agréé saura répondre à toutes vos questions car, en fonction de multiples paramètres, il déterminera le système le plus adapté.
Donc, dès que vous avez choisi votre terrain, rendez vous en mairie pour le certificat d'urbanisme. Vous pouvez aussi demander que l'on vous fournisse une liste de bureaux d'études agréés.

 

Le bureau d'études vous rendra son étude sur la filière d'assainissement en trois exemplaires : un pour votre constructeur et deux pour la mairie qui vous transmettra ses recommandations. Le tout sera joint à votre dossier de permis de construire.

 

En fonction des préconisations du bureau d'études, le constructeur établira son devis.

Lorsque vous faites réaliser les travaux, et avant que ne soient recouvertes les tranchées, la mairie doit faire procéder à une visite de conformité. Et vous délivre un certificat de conformité.

 

              Pour en savoir plus :

 

L'intérêt du certificat d'urbanisme

Dans quels cas faire appel à un bureau d'études ?

Adresses utiles pour faire procéder à un diagnostic

 

 

  - Les eaux traitées sont évacuées dans le sol.

       - Attention à ne pas inonder chez le voisin...

 

 

Les différents équipements pour un assainissement autonome

 

Réseau de collecte, système d'épuration dans une fosse toutes eaux, dispositif d'évacuation puis rejet dans la nature des eaux traitées... autant d'étapes qui exigent des équipements spécifiques pour un système d'assainissement individuel.

 

 

Le but d'un assainissement individuel est de collecter et de traiter toutes les eaux usées de l'habitation pour ensuite les rejeter - non polluées - dans le milieu naturel. De la conception et de la mise en œuvre de votre système dépend votre confort futur. Il s'agit donc de respecter les étapes et de concevoir une installation adaptée au terrain. A toutes les étapes de l'installation sont installés des « regards » qui permettent d'intervenir si une canalisation se bouche.

 

 

Etape 1 : Collecte des eaux usées

 

 

De chaque point d'eau de l'habitation part une canalisation qui va rejoindre le système d'assainissement, qu'il s'agisse des toilettes, de la douche, de l'évier ou de la machine à laver. Pour la partie eaux de vaisselle, sur le circuit est généralement installé un « bac à graisses ».

 

Etape 2. Prétraitement en fosse toutes eaux

 

La fosse toutes eaux, plus communément nommée « fosse septique » permet de procéder à une décantation des eaux usées. Un début d'épuration s'effectue là par fermentation. Restent dans la fosse les matières de vidange qui doivent être retirées régulièrement (la vidange s'effectue environ tous les 4 ans).

 

 

Etape 3. Epuration par épandage

 

Les eaux usées quittent la fosse toutes eaux pour venir circuler dans des tuyaux perforés enterrés dans une épaisseur de sable drainante. Là différentes solutions sont proposées en fonction du terrain.

 

Etape 4. Evacuation des eaux dépolluées

 

Les effluents ainsi épurés rejoignent le milieu naturel sans provoquer de stagnation.

 

- Les travaux sont conditionnées par les recommandations du bureau d'études.

  • - Les règles de fabrication de l'assainissement autonome sont très strictes.
  • - Renseignez-vous auprès de la mairie ou de la DDE.

 

 

                   

Terrain et mise en oeuvre

 

Le terrain : perméable ou pas ?

 

 

La perméabilité d'un terrain peut être déterminée en creusant un trou de 30 x 30 x 50 cm de profondeur.

Une fois rempli d'eau, il faut attendre que celle-ci se soit entièrement infiltrée puis en verser à nouveau 10 litres.
Le temps qu'il lui faut pour être absorbée par le terrain est alors chronométré. En dessous de 30 mn, le terrain est constitué de sable très perméable.
Entre 30 mn et 2 h, il s'agit de sable-limon perméable.
De 2 à 4 h, c'est un limon peu perméable et au-delà de 4 h, un limon-argile très peu perméable.

Attention ! Il arrive qu'un terrain ne soit pas homogène, notamment lorsqu'il a été partiellement nivelé ou remblayé (lors de la construction de l'habitation par exemple). Les temps d'infiltration peuvent alors varier notablement à une dizaine de mètres de distance... Ce qui n'est pas sans incidence à l'échelle d'un champ d'épandage.

 

13 votes. Moyenne 2.62 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site